L’utilité du non-militantisme dans le véganisme

« Les véganes non militant•es, vous ne servez à rien ! »

Combien de fois ai-je entendu cette absurdité, et de plus en plus avec le développement du véganisme. J’écris d’ailleurs cet article après l’avoir entendu de la bouche de l’amoureux qui, n’étant pas militant direct, se disait un peu inutile.

Les véganes sont réputé•es pour leur côté militant. Et pourtant : nombreux•ses sont les véganes qui « ne militent pas » frontalement ou via Internet. Sont-iels forcément inutiles à la cause ?

Non, non, non ! Toute personne végane est utile au développement du véganisme !

Crédit photo : © Jules Guérin

En effet, être végane est déjà du militantisme en soi, dans le sens où les véganes sont forcément utiles à la cause. Par le simple fait d’être véganes, iels entraînent beaucoup d’impacts positifs sur le monde : iels ne tuent pas d’animaux, iels en sauvent même, iels économisent de nombreuses ressources de la planète, et j’en passe.

De plus, les véganes, par leurs choix de consommation, décident de donner ou non leur voix à certains produits. Acheter est un acte politique, je ne cesserai de te le répéter. En ce sens, choisir un produit, c’est choisir de donner sa voix à ce produit et donc d’augmenter la demande. Si l’on suit la loi de l’offre et de la demande, plus un produit sera demandé, plus l’offre de ce produit augmentera. Cela fonctionne aussi dans le sens inverse : les véganes stoppent leur consommation de produits animaux, entraînant la baisse de la demande de ces produits. L’offre va donc suivre la demande, et s’adapter aux nouvelles tendances de consommation.

Histoire d’éclaircir ce point : oui, je trouve ça bien, si on le souhaite, de consommer des produits véganes même s’ils viennent de marques non véganes. En effet, cela montre aux grands industriels que les gens commencent à comprendre ce qui se cache derrière leurs « beaux petits jambons roses » pleins de produits qui ruinent notre santé et ruinent la vie des animaux sans scrupules. En augmentant la demande de produits véganes au sein de ces marques, nous augmentant la part du chiffre d’affaires des entreprises liée à ces produits. Ces grandes marques qui, nous le savons, cherchent simplement à faire du profit, vont donc se tourner, petit à petit, davantage vers les produits à potentiel de développement – soit : les produits véganes.

Ainsi, je pense sincèrement et profondément que les personnes véganes non militantes directes sont forcément utiles à la cause rien que par le fait d’être véganes et par leur choix de consommation.

Enfin, je pense que toutes les actions que tu pratiques, tous les choix que tu fais en étant végane sont en quelque sorte du militantisme même si ce n’est pas du militantisme frontal/direct. Rien que par les choix que tu fais, tu induis des comportements sociétaux qui vont faire bouger les choses petit à petit, même si on aimerait que cela aille plus vite.

Donc même si tu n’es pas un végane qui se dit militant, je pense que tu milites forcément à ta manière et, pour moi, tous les militantismes sont bons à prendre pour faire avancer la cause animale et donner une voix aux animaux non-humains victimes du spécisme.

Crédit photo : © Jules Guérin

5 commentaires sur “L’utilité du non-militantisme dans le véganisme

Ajouter un commentaire

  1. Je pense aussi que c’est déjà important de faire ce choix et d’oser en parler autour de soi ! Mais je pense quand même qu’un changement de grande ampleur ne viendra que d’une action militante politique. Notamment parce qu’à l’heure actuelle le fait de devenir végane ne nous garantit pas de sauver des animaux : beaucoup de viande est jetée, une partie est exportée aussi… La vidéo de la chaîne A privileged vegan sur le sujet (enfin il y en a plusieurs) est très intéressante je trouve. Mais pour autant je ne vois pas l’intérêt de mépriser les veganes qui ne sont pas des activistes de la cause, ils participent à faire connaître les revendications et agissent peut être sur d’autres terrains de lutte

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Au contraire, Etre est une force en Soi. Incarner cette voie fait d’autant plus réfléchir, je pense. J’ai aussi arrêté le militantisme, mes amis vegans ont pris çà comme de la « démission » alors que je ne m’y retrouvais pas dans l’imposition et le jugement. De plus, on tombe vite dans le « sectarisme » : repas ensemble etc.. Je préfère la vie dans sa fortuité. Mes engagements comme le veganisme donnent un sens à Ma Vie et c’est déjà énorme. Si cela aide d’autres personnes, tant mieux.

Laisse-moi un petit message

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑